Rétinite pigmentaire liée au gène RPE65

Plusieurs gènes différents sont impliqués dans la RP. Des mutations ont été identifiées dans un certain nombre de gènes qui codent des protéines spécifiques de la rétine dont RPE65, AIPL1, CRB1, CRX, GUCY2D et RPGRIP1.

La rétinite pigmentaire RPE65 est l’une des formes les plus graves de dystrophie rétinienne héréditaire.

La rétinite liée au gène RPE65 touche entre 2 750 et 3 300 personnes en Amérique du Nord et dans les cinq principaux pays de l’UE (Hartong et al., Lancet 2006, 368: 1795-809). Cette dystrophie représente 5% de toutes les dystrophies rétiniennes et 20% des maladies cécitantes chez les enfants d’âge scolaire (Source: Orphanet).

Chez les nourrissons, la rétinite pigmentaire RPE65 est caractérisée par une cécité nocturne sévère et une photophobie modérée.

La protéine RPE65, localisée dans l’épithélium pigmentaire rétinien, est un élément clé du cycle visuel. La protéine RPE65 convertit le rétinal-trans en 11-cis-rétinal, permettant la régénération du pigment visuel. Les mutations affectant le gène RPE65 conduisent à une perturbation du cycle visuel, entraînant une réduction de la fonction des photorécepteurs et une perte de la vision dès le début de la vie.

 

Présentation clinique des patients portant une mutation sur le gène RPE65

Le diagnostic est établi tôt, puisque les enfants affectés présentent une déficience visuelle au cours de la première année de vie. La fonction visuelle peut par la suite s’améliorer, mais elle se détériore à l’adolescence, entraînant la cécité.

Les patients affectés présentent une vision nocturne sévèrement altérée dès la naissance, et le nystagmus est généralement évident dès les premières semaines de vie. Une fois que les enfants commencent à marcher, ils préfèrent les endroits bien éclairés et ont une acuité visuelle médiocre. L’analyse du fond d’œil révèle une atténuation modérée des vaisseaux rétiniens et, à l’âge adulte, l’apparition de dépôts pigmentaires ainsi qu’une atrophie maculaire. Les réponses ERG photopiques et scotopiques sont absentes dès le jeune âge. L’absence d’autofluorescence rétinienne est un indicateur spécifique de la mutation RPE65.

Apparence du fond d’œil

Funduscopy image from a 22-year-old patient with retinitis pigmentosa caused by a RPE65 mutation. Photo courtesy of Christian Hamel.

Image du fond d’œil d’un patient de 22 ans atteint d’une rétinite pigmentaire causée par une mutation RPE65. Photo de Christian Hamel.